Accueil A LA UNE Deux journalistes menacés de mort

[Côte d’Ivoire Média] Deux journalistes menacés de mort

367
0
PARTAGER

-Le SMS qui dévoile tout

Deux journalistes du quotidien pro-gouvernemental, Fraternité-Matin, sont menacés de mort, parce qu’ils ‘’luttent pour un plan social à visage humain’’ dans cette entreprise de presse.

Le Coordonnateur des journalistes pour la défense de leurs droits de Fraternité matin (Cjdd-FM), Marc Yévou et son secrétaire général Jules Claver Aka, sont menacés de mort via un SMS, depuis le 29 octobre 2018.

La capture écran du SMS

Marc Yévou sur sa page Facebook a rendu publique l’information avec capture d’écran du message en ces termes : « Je suis menacé de mort….Parce-que je lutte pour un plan social à visage humain à Fraternité matin, on me menace de mort. L’État de Côte d’Ivoire a annoncé une enveloppe de 1,4 milliard pour le plan social. La direction générale de Frat-mat nous dit avoir reçu 800 millions pour l’opération et veut faire le processus qui devrait coûter 1,4 milliard avec les 800 millions. En ma qualité de responsable syndical et porte-parole du collectif des délégués du personnel et syndicaux, je dis non à ce « génocide » contre le personnel de Frat-mat. Nous décidons donc de faire un plaidoyer à l’endroit des décideurs pour que le 1,4 milliard annoncé en Conseil des ministres du 16 décembre 2017, soit mis à disposition. Pour cela, on nous menace, mon adjoint et moi de mort.

Qu’est-ce qu’on nous cache ? L’argent du plan social a-t-il été détourné? Sinon qu’est ce qui expliquerait cette menace de mort ? Une plainte régulière a été déposée à la police, qui est en train de faire son travail. Des chancelleries et organisations des droits de l’homme ont été saisies. En confiant notre sécurité et celle de nos familles à Fraternité Matin, jusqu’à une suite judiciaire de cette affaire, nous prenons à témoin, l’opinion nationale et internationale. À bientôt pour un compte-rendu de l’évolution des choses. Ci-dessous, la capture d’écran. »

Marc Yévou et….

La capture d’écran avec le numéro, +22551339056, est explicite sur la menace et précise: « Marc Yévou, je voudrais te dire à toi et à ton ami, Jules Claver Aka que si vous ne vous taisez pas dans le dossier plan social de Fraternité-Matin, vous serez réduits au silence. Fraternité-Matin, c’est l’Etat de Côte d’Ivoire. Et vous le savez

La menace de mort, en substance ‘’vous serez réduits au silence’’, achève de convaincre que le danger est réel.

Le Coordonnateur des journalistes pour la défense de leurs droits de Fraternité-Matin n’avait pas vu le danger venir : « Non, pas du tout, je ne pouvais m’attendre à une telle menace. Puisque ma démarche est un plaidoyer à l’endroit des décideurs pour mettre à disposition le 1,4 milliard annoncé par le gouvernement. Le Directeur général, M. Venance Konan nous ayant dit clairement qu’il a reçu 500 millions pour tout le processus, il fallait bien trouver une solution pour éviter que les travailleurs partent à la mort. »

À l’en croire, la menace donne raison à tous ceux qui ont pensé, dès le début, que la direction de Fraternité matin cachait la vérité. « Je suis en droit de penser aujourd’hui qu’une partie de l’argent public destiné au plan social a été détourné. Et c’est légitime de le penser », estime Marc Yevou.

…Jules Claver Aka sont menacés de mort

Par ailleurs, André Silver Konan, journaliste-écrivain estime que la presse est ‘’en plein obscurantisme et cela paraît hallucinant’’. Il est ‘’surpris’’ et ‘’indigné’’ dans un milieu présumé intellectuel, qu’une telle démarche menée par des syndicalistes, conduise à des menaces de mort, mais il espère que l’individu qui se cache derrière ce contact de menace sera dévoilé. « Au passage, l’on nous a dit dans ce pays que  tous les numéros de téléphone mobile ont désormais un nom et un visage, depuis que l’ARTCI s’est employée à interrompre tous les numéros non identifiés. Si les autorités saisies rechignent à identifier le propriétaire du numéro non masqué, cela donne un indicateur très clair sur le fait que l’auteur de l’appel au double meurtre, est protégé. Cela est intolérable. Yevou, Aka et tous ceux à Fraternité Matin, qui luttent pour la transparence, ont tout notre soutien». Et de poursuivre : « Raisonnablement, tous les travailleurs de Fraternité-Matin, y compris les dirigeants, devraient soutenir le combat de Marc Yevou et de Jules Claver Aka qui demandent tout simplement où est  passé le 1.4 milliard FCFA annoncé par le gouvernement et qui devrait contribuer à mieux valoriser les montants destinés aux départs volontaires. »

Le ministère de la Communication et les organisations professionnelles des médias observent un mutisme, ‘’le temps de mieux apprécier les contours de l’affaire.’’

En effet, au conseil des ministres du 16 novembre 2017, le gouvernement ivoirien a adopté un plan de restructuration de la Société nouvelle de presse et d’édition de Côte d’Ivoire (Snpeci). Ce plan de restructuration devrait comporter un plan social pour lequel, le gouvernement a décidé de décaisser la somme de 1,4 milliard de francs CFA. Malheureusement, en lieu et place de ce montant, le directeur général de Fraternité matin Venance Konan propose de mettre en œuvre le plan social avec 500 millions sous prétexte que ‘’le gouvernement ne veut plus respecter ses engagements.’’

Cette menace de mort en rajoute, au sombre tableau des crimes et agressions, qui restent impunis sur les journalistes ces dix dernières années en Côte d’Ivoire.

De la 81e  place en 2017, la Côte d’Ivoire dégringole et occupe désormais la 82e place en 2018, à quelques mois de 2020, année de l’émergence.

Sériba Koné

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici