Accueil A LA UNE Cote d’Ivoire/Municipales 2018 a Jacqueville: un conflit a l’horizon

Cote d’Ivoire/Municipales 2018 a Jacqueville: un conflit a l’horizon

225
0
PARTAGER

-4 candidats y compris celui du RDR en colère contre la CEI
Le 03 Octobre 2018, lors d’une réunion à l’initiative de la Commission Electorale Indépendante (CEI) à Jacqueville, Koné Sourou, l’un des vice-présidents national de l’Institution a informé les candidats aux élections municipales de l’ouverture de nouveaux bureaux de vote dans les villages ci-après :  Ndjem, Abrebi, Adoukro, Sassako, Adjue,  Adjacoutie, Bahuaman, Addah, Adesse, Gbehiri, Niangoussou,Tiemien, Avadivri, Tefredji, Couve, N’guessan Gbatta, Taboutou, Kraffy, Goyem, Tchava, Aikakro Et M’brokou. Une décision contestée vigoureusement par Nangan N’da Firmin, Aby Davous Yves Matthieu et Yacé Patrcik Parfait, trois des candidats à ces élections municipales qui ont par la suite saisi un avocat. Ces candidats sans étiquette politique, par la voix de leur Conseil, maître Edi Seka Aristide, Avocat au barreau d’Abidjan ont tenu à indiquer que la tentative du vice président de la CEI d’autoriser la participation des électeurs des villages cités est manifestement irrégulière et se heurte à des obstacles au plan légal. Du point de vue de la forme, l’avocat souligne que la liste définitive des électeurs pour les élections municipales a été arrêtée et publiée par la CEI. Selon celle-ci, la population électorale a été arrêtée à 9.178 électeurs pour 13 lieux de vote et 27 bureaux de vote. Partant, aucune inscription sur ladite liste électorale n’est juridiquement possible à la date du 3 octobre 2018, en ce sens qu’elle serait frappée de forclusion selon les dispositions de l’article 11 du code électoral : «Quinze jours au plus tard avant le 1er jour du scrutin, les listes électorales sont définitivement arrêtées. Passé ce délai, aucune inscription ni radiation n’est possible ». Par ailleurs, «Du point de vue du fond, la décision du vice président de la CEI  est également entachée d’illégalité. Le décret n°80-1078 du 19 Septembre 1980 fixe le ressort territorial de la Commune de Jacqueville. Il résulte de ce décret, que les villages que monsieur Koné Sourou tente de faire participer aux élections municipales de Jacqueville ne sont pas compris dans le périmètre de ladite commune », indique l’avocat.
Position partagée par Yourougou Pierre, candidat du RHDP (groupement politique au pouvoir) interrogé par notre confrère Afrikipresse qui espère que les choses rentreront dans l’ordre le plus rapidement possible : «(…) Moi-même qui vous parle, je ne suis pas sûr des limites définitives du périmètre qui est retenu pour ces élections municipales de 2018, à Jacqueville. Lors d’une première réunion à laquelle nous avions été conviés, on nous avait dit que le décret sera appliqué mais j’en doute fort que cela soit appliqué pour ces élections…je ne sais pas ! Je pense qu’il y a un ministère qui va régler ce problème…J’espère vivement que les choses seront réglées d’ici demain (lundi 09 octobre 2018 ; Ndlr)
Pour l’Avocat, sauf à prouver que le ressort de la Commune a été modifié  postérieurement au décret de 1980, la participation des villages de Ndjem, Abrebi et autres à ces élections constituerait une extension de fait, sans aucune base légale, du ressort territorial de la Communale de Jacqueville.

Le Conseil Juridique des candidats Nanga N’da Firmin, Aby Davous Yves Mathieu et YACE Patrick  Parfait déclare que ses clients ont saisi la CEI le 05 Octobre 2018 d’une lettre de protestation visant à garantir la régularité du scrutin du 13 Octobre 2018 et l’exclusion pure et simple des éventuels électeurs des villages litigieux. Si le recours formé n’était pas pris en compte, ils entendent saisir la Chambre Administrative de la Cour Suprême d’une demande en annulation des suffrages qui seraient éventuellement autorisés et exprimés dans les localités litigieuses.
Aux dernières nouvelles, devant la situation, un conflit larvé se signale déjà dans la localité. Pour donc éviter de telle situation comme c’est le cas dans plusieurs villes du pays, il est demandé aux autorités de prendre leurs responsabilités.

Une correspondance particulière de CD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici