Accueil A LA UNE D’une situation de terreur à un calme précaire

[Municipales 2018 Issia] D’une situation de terreur à un calme précaire

318
0
PARTAGER
Des jeunes armés de bois et de gourdins

La ville d’Issia a vécu une situation dégradante, le mercredi 17 octobre 2018, matin par des scènes de pillages et de destructions massives avec des affrontements entre les partisans du maire élu, Fany Karim et de Ginette Ross, candidate PDCI, qui revendique la victoire aux municipales tenues samedi. Ce matin, un calme précaire est revenu.

Les chasseurs traditionnels (dozos) ne sont pas restés en marge

Par ailleurs, jeudi 18 octobre, il règne un calme précaire dans cette partie de la Côte d’Ivoire, selon les dernières informations en notre possession.

Une accalmie a été observée, d’abord dans l’après-midi du 15 octobre, suite aux renforts des forces triparties, police, gendarmerie et Formes armées de Côte d’Ivoire (Faci).

À la surprise générale, dans la matinée du 17 octobre, la violence a repris par les semeurs de trouble. Ils ont posé des barricades au point où, Mme Ginette Ross a approché par le commissaire de police pour son escorte  dans son village (communal vers route de Man) pour les calmer.

Sur place, le commissaire a échangé avec les chefs malinkés pour faire rentrer ceux qui manifestent contre l’occupation de la rue et qui empêchant l’ouverture des marchés.

La multiplication des médiations s’est soldée par un calme précaire, à Daloa Saïoua, Vavoua et Zoukougbeu, le calme est observé.

Il faut éviter le pire

En effet, dans la matinée de mercredi, les affrontements ont fait plusieurs dégâts matériels. La violence est montée en force dans les rues de certains quartiers et surtout du centre-ville d’Issia. Les pillages de magasins, les destructions de boutiques et de panneaux publicitaires ont débuté dans la journée, entraînant la fermeture du marché central et des centres de commerce. Les bureaux ont très vite fermé et la population a vidé le centre-ville. Peu après 11H, les choses ont commencé à se compliquer. Armés de gourdins et de machettes, les jeunes ont pris d’assaut les rues. Les chasseurs traditionnels appelés dozos se sont invités au trouble avec des armes de chasse.

La force publique a eu du mal à contenir les manifestants. Pour l’heure, il règne un calme précaire à Issia.

Kpan Charles (Info F.D.)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici