Accueil A LA UNE Plateau (révélations) : comment les ressources de la mairie ont été pillées...

Plateau (révélations) : comment les ressources de la mairie ont été pillées par Jacques Ehouo

312
0
PARTAGER

J’ai souhaité vous rencontrer à cette heure-ci pour vous entretenir (…) Je suis militant du PDCI et je suis au Plateau depuis 90 et tout le monde me connaît. J’ai été adjoint au maire pendant 5 ans, ensuite secrétaire général de la CEI puis conseiller municipal. J’ai décidé de vous rencontrer en pleine campagne à laquelle je ne participe pas. J’ai pleinement conscience que nul mot de ma déclaration n’échappera à votre attention et que certainement certains se feront le plaisir  de le balancer sur les réseaux sociaux. C’est votre liberté, c’est ma responsabilité.

Si je vous réunis ce matin, à cette heure-ci, c’est parce que je suis obligé d’exercer mon droit de réponse. Depuis que la campagne électorale a commencé, je ne suis nulle part ; j’exerce ma responsabilité de maire intérimaire et j’attends à la fin pour passer le flambeau à celui qui va gagner.

Je suis du PDCI-RDA, membre du bureau politique. J’ai refusé de faire partie de cette liste parce que le choix qui a été fait ne correspond pas à ma philosophie et je tiens à le rappeler ici pour que ce qui se raconte dans les tournées cesse. Si je ne suis pas sur la liste, ce n’est pas parce que mes dossiers n’étaient pas complets ; j’ai décidé de ne pas faire partie de la liste parce que le choix de la tête de liste n’a pas respecté une certaine décence. Celui qui avait été désigné comme dauphin de Bendjo c’est Kouassi Parfait et alors que nous travaillions sur ça est survenu  le problème que vous savez et nous avons continué, conformément à ce que le maire Bendjo lui-même disait. A savoir qu’en cas de coup dur, Kouassi Parfait allait être désigné comme son successeur. Il se trouve qu’en dernière minute, le logiciel a été changé.
Parce que le maire étant Ebrié, il faut un Ebrié pour le remplacer. Et je ne l’accepte pas. Parce qu’en 1995, lorsqu’Edmond Basque décédait, j’avais la possibilité d’être maire. Mais Monsieur Firmin Ahouné étant le doyen du conseil, j’ai fait le choix d’Ahouné Firmin sans considération de son appartenance ethnique. Je l’ai d’ailleurs fait sans lui demander un quelconque poste (…) Il était étonné de ma culture (…) A son arrivée, il m’a proposé comme premier adjoint au Maire. Il a été élu et a fini son mandat. Et il avait promis qu’à la fin de son mandat, c’est moi qui devais être la tête de liste. Alors comment se fait-il qu’on dise qu’il faut un Ebrié pour remplacer un Ebrié ? Et qu’on refasse la même chose 17 ans après ? (…)
Donc j’ai vécu ça il y a quelques années et je ne peux donc pas être témoin de la récidive. J’ai dit ce jour-là quand on était dans la petite salle que je ne peux pas accepter que pour ce qui s’est passé sur les ODP et la publicité, je ne peux accepter. Depuis que la campagne a commencé, j’essaie de faire mon travail pour le terminer avant de partir. Mais j’entends des choses et je ne peux plus le tolérer. Il s’est tenu une réunion ici en présence du personnel de la mairie. Le directeur de campagne, monsieur Koblavi qui est un de mes collègues, ne peut pas se permettre tous ces dérapages. Moi je n’ai recruté personne qui soit de Grand-morié ou du village de mon épouse.
Quand j’entends dire que lorsque Jacques Ehouo va remettre en cause tout ce que j’ai fait, je lui réponds « fais attention Monsieur Koblavi parce que j’assume l’intérim et je suis sur des dossiers devant moi qui portent sa signature ». Il ne peut pas se permettre de dire des bêtises parce que c’est la campagne ! Dites-le lui.
Il a été aussi question de recettes. Au conseil, j’ai évoqué la question  qui a agacé ses collègues. Comme c’est ici qu’il est venu se libérer, eh bien je fais pareil. Je revendique le fait que les recettes s’améliorent. Mais pas seulement pour cela. Parce qu’il faut qu’elles tombent là où il faut. Nos recettes propres sont nulles. En 2004, un protocole d’accord signé entre la mairie du Plateau représenté par le maire Bendjo et NEG-COM représenté par Jacques Ehouo. Cela fait 14 ans. Ce protocole dispose que NEG-COM fait le recouvrement des taxes et des ODP. Qu’il reverse 70% à la mairie du Plateau et dispose de 30% pour lui-même. Et je mets Monsieur Koblavi au défi de me prouver que ce protocole a fait l’objet d’une délibération du conseil municipal.
Je trouve également en arrivant une lettre de la trésorière municipale en date du mois de juillet qui attire l’attention sur la modicité des recettes de la municipalité qu’il faut nécessairement améliorer pour prendre en charge les dépenses de la mairie. Fort de ce que j’ai sous les yeux, l’accord de concession signé en 2004 soit respecté : 70% pour la mairie, 30% pour NEG-COM. Je demande ça pour que les recettes soient améliorées ainsi que la situation des populations (…)
Je vais donner les chiffres pour que mon collègue qui se moque soit situé. J’ai mes résultats. Et j’ai décidé, dès lors que le contrat n’est pas respecté, c’est-à-dire que la mairie n’a pas les 70%, de dénoncer un tel contrat en m’appuyant sur les dispositions de la loi de finances de 2018 qui dispose qu’il faut directement payer à la mairie et non pas à un intermédiaire. Donc NEG-COM doit payer à la mairie ce qu’il doit lui payer conformément aux dispositions de l’accord signé en 2004. On met des sabots, on taxe les ODP, en retour il faut les reverser à hauteur de 70%.
J’ai arrêté le bord lagunaire et je l’ai dit au candidat Ehouo lorsqu’il m’a rendu une visite de courtoisie. J’ai demandé au cours de celle-ci que le directeur général de NEG-COM vienne faire le point avec moi afin d’avoir une séance de travail sur le listing et le barème des commerçants qui payent les taxes. Parce qu’il s’agit de reverser 70% mais 70% de quoi ? On n’a même pas l’assiette des clients de la mairie. Parce que quand je prends les documents comme ceux que j’ai ici pour donner 7 millions ou 8 millions de publicité en une année ou en ODP 560.000 frs, je ne peux l’accepter. Et NEG-COM me demande leur envoyer  un courrier pour matérialiser la demande. Le 7 septembre 2018, je lui envoie un courrier dans ce sens et alors que j’attendais d’avoir cette séance de travail de travail avec le directeur général de NEG-COM, je vois arriver Me Claver N’dri pour représenter l’entreprise. Je suis surpris parce qu’il s’agit d’un client avec qui la mairie a contracté et je veux m’entretenir avec lui, c’est tout. Je peux comprendre que pour se rendre à la police on soit assisté d’un avocat mais pour une simple séance de travail !
On me répond que je suis contre Bédié. Ah bon ? Bédié est-il dans l’affaire ? Fallait me le dire ! Quand la société MTN paie 300 millions de taxes publicitaires à la mairie en juin, j’attends que les 70% soient reversées à la mairie. J’ai reçu MTN à qui je demande le contrat. Cet argent n’est pas pour moi mais pour le bien-être de la commune. Moi je m’en vais.
On veut diriger la mairie du Plateau ; il faut donc que les recettes soient reversées. Dites à Koblavi que de ma prise de fonction jusqu’à aujourd’hui, en un mois donc, je suis à 107,000,372 frs (trois cent sept millions trois cent soixante douze francs). Il y a 33 millions qui vont tomber les jours qui viennent. Je tiens à dire au passage que Kosco et sa bande sont passés encaisser avant 2018 les clients de la mairie et se sont enfuis. Mais ces commerçants vont être obligés de repayer. En publicité, pas la tva, je suis pour le seul mois à 51,000, 772 frs (cinquante et un millions sept cent soixante douze frs). C’est de tout cela que je voulais qu’on parle et on m’a envoyé un avocat. Et celui-ci me parle de l’espace Coca-Cola fermé par mes soins. Oui, je l’ai fermé parce qu’il a été construit sur les fonds de la mairie. Et les recettes qu’il produit ne sont  reversées dans les caisses de la mairie. Donc comme Koblavi et son candidat se sont amusés à se moquer, alors je leur réponds.

Sercom Mairie du Plateau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire
Veuillez entrer votre nom ici